Écouter le changement

b_1_q_0_p_0

Me voila de retour dans mon univers secret, et magique. Un lieu hors du temps, sans fil d’actualité, sans article et sans plan. Les audacieux visiteurs y viennent pour une minutes, peuvent s’y perdre pour plusieurs jours. On raconte même que les soirs de pleine lune on les entends rire et danser en appelant les fées à revenir. Si vous en avez le courage je vous invite à une petit promenade dans le monde des fées, un monde éternelle qui change subtilement comme dans un rêve. A chaque fois que l’on vient s’y perdre, on découvre un nouveau chemin, un nouvel indice vers des galeries secrètes. Peut être trouverez vous tout des la première visite mais cela serait dommage.

Article mis en avant

Verso

Une voix a mon oreille me dit: « Retourne toi »

Oups je n’ai pas eu le temps de finir cette article, qui est sortie avec un jour d’avance.

Tant pis l’essentiel est la….

VSC souvenir

En rentrant de voyage on a toujours quelques billets à dépenser avant le dernier vol

Tout le monde sait que les femmes sont bien plus douer pour les dépenser. Et rester a quelques pas, offre de bien plus beau souvenir que ceux accrochés sur les présentoires.

Endormie

Comme blanche neige je n’ai pu résister au sommeil.

Je fut réveillée par une ombre au dessus de moiToujours plus grande, toujours plus noire, toujours plus près …

Encore dans les brumes de mon rêve, j’entends sa voix me dire:

« retourne toi. »

Je vous raconterai la suite de cette histoire quand vous serez rentrés de vacances, à moins que vous ne soyez 40 participer a mon réveille.

Repos au parc

Comme promis nous voila au parc a l’heure de la sieste

Allongée dans l’herbe sur les grandes pelouses ombragées, j’écoute le vent dans les branches.

Adam c’est éloigné pour rejoindre le chemin qui passe a quelques mètres.

Il m’a demandé de ne pas bouger, entre mes paupières fermées je suit son déplacement. Je peux voir arriver du monde dans son dos, mais je ne dois pas bouger. Alors je fais semblant de dormir.                

Une photo est cachée sur cette page, saurez vous la trouver, ou dormez vous comme moi?

Perspective urbaine

Reprenons la visite de cette jolie ville du sud de la France

Mais pourquoi Adam veut il toujours prendre tous ces escaliers?

Les monuments…

Les bords de Garonne…Sans oublier de instruire en lisant avec attention les panneaux d’explicationsRentrer fatiguée d’avoir gravit autant de marchesIl m’a promis que cette après midi nous irions au parc

 

La pin up du lundi

Une pin up bien coquine aviez vous dit?

Mais cela ne saurait vous suffire, le code sera envoyé aujourd’hui et aujourd’hui seulement a ceux qui le demanderont.

histoire entre voisins

Nous avons fait une pause avec la série voisin/voisine, mais il nous faut y revenir. Car un autre auteur nous a envoyé sa prose. Merci Zigautop pour ce récit.

J’attends ce soir mon voisin voyeur, pas de meuble à bouger juste un dîner pour le remercier. C’est sa sérénité qui m’a séduite lors de sa première visite. Il observait, il souriait. Ce jour-là, je l’ai idolâtré, j’ai été subjuguée par cet homme. Je me suis surprise à le désirer.

La sonnette retentit, si c’est lui, il est en avance. Je l’accueille à l’entrée, et lui indique que j’ai encore à faire en cuisine. Très à l’aise, il me suit, je sens son regard sur mes jambes et cette mini vraiment mini.


J’avais mis une bonne musique lounge, une de celle qui habituellement me donne envie de danser.
Arrivée dans la pièce, je me retourne et me hisse sur la pointe des pieds pour lui faire un tendre bisou, lui disant que c’est adorable d’avoir accepté mon invitation.
Il reste très silencieux et l’expression dans ses yeux m’interpelle.
J’aurai bien enlevé la bride de mes hauts talons qui ont martyrisé mes pieds tout la journée. Néanmoins je les adore, ils me rendent sexy, j’ai renoncé à mettre une paire de bas sous ma mini, tellement elle est courte. Pourtant j’adore en porter et cela entretient ma libido de percevoir le regard des hommes quand je passe près d’eux.
J’étais dans mes pensées, je ne l’ai pas entendu se déplacer et venir près de moi. D’une voix grave et sensuelle, il me dit de garder mes chaussures. Je ronchonne, lui expliquant que ce n’est pas lui qui les porte depuis 12 h maintenant. Mais il me saisit la main délicatement et fermement me fait prendre appui contre le four. Je suis étonnée, déstabilisée. Il saisit la bouteille de vin posée sur le plan de travail et me sert un verre de vin sur la table près de moi et m’encourage à en boire.

J’obéis, je ne comprends rien de ce qui se passe, suis-je si envoûtée ? C’est à ce moment qu’il s’accroupit et glisse ses mains le long de mes jambes, puis les fait remonter assez haut, il joue avec les bords de ma mini, la relève un peu et m’embrasse le haut des cuisses. Je sens le vin qui me réchauffe et surtout je sens une chaleur irradier mon ventre. Ses mains empoignent mes fesses, je sens son souffle en l’absence de sous vêtement. Je passe une main dans ses cheveux, tirant un peu dessus pour qu’il remonte vers moi. Mais il enlève ma main et la pose sur le plan de travail. De sa main libre, il relève encore plus ma mini et je le sens rapprocher son visage de mon abricot.

Je sens mon corps réagir avec surprise et envie sa témérité. Sa main pétrit fermement ma fesse gauche, ses doigts longs s’aventurent. Je remets une main dans ses cheveux pour le presser contre moi mais il me donne un claque sur la fesse, émet un grognement désapprobateur, prend encore plus fermement ma main et me fait clairement comprendre que je dois la laisser sur le plan. Stupéfaite, j’hésite entre le repousser et profiter de l’excitation grandissante que provoque chez moi sa hardiesse. Les secondes d’après, tandis que je réfléchis encore aux alternatives. Je ressens encore le picotement de sa fessée mais bien moins que la moiteur de mon corps.

Mon excitation encore grandissante, je commence à bouger, à le questionner, à vouloir reprendre en main la situation. Il se lève alors soudainement, me retourne cette fois-ci contre la table, appuie sur mon dos pour me faire pencher en avant et me maintient ainsi d’une main ferme entre mes omoplates.
Je réalise que mon bassin est basculé sur la table et que de là où il est, il a une vue parfaite sur ma croupe.

Aux bruits que je perçois je comprends qu’il se déshabille. Il se bascule sur moi et m’embrasse d’un chapelet de bisous tendres le long de ma colonne vertébrale. Son autre main, s’aventure, je me cambre un peu plus pour faciliter l’accès. Il fait des va-et-vient lents et appuyés, laissant glisser son autre main de mes fesses à ma nuque. Des frissons me parcourent, ma respiration est plus haletante.

Je geins et lui demande de me prendre. Je reçois aussitôt une tape ferme sur les fesses et pour la première fois depuis le début de la soirée jeu, je l’entends m’ordonner de me taire, que le maitre du jeu ce soir c’est lui, mais qu’il n’a pas dit son dernier mot et que toute manifestation de prise de contrôle de ma part ne fera que retarder le moment où je pourrai voguer vers le plaisir.
Je l’attends, je boue de ne pas pouvoir répondre, bouger et le forcer à me prendre ici et maintenant, je me sens complètement à sa merci. Et tandis que je suis dans mes pensées à trouver un subterfuge, il vient enfin avec force. Une part de moi a très envie de résister à la fois pour jouer, pour en profiter encore un peu plus et pour ne pas me soumettre. Et en même temps, les sensations dans mon corps sont très envahissantes, j’ai chaud. Puis il me raconte qu’il a bien compris à quoi je jouais mais que ce soir, il gagnera. Il ne lâchera rien et tant que je ne l’aurai pas supplié d’arrêter. Il me demande de me caresser les seins par dessus mon chemisier noir transparent, de les enserrer, d’imaginer ses lèvres qui en pincent le bout, pendant que je me fais obéissante.

C’est alors que je sens une vague de plaisir déferler en moi, elle rend mes jambes flageolantes, je pince et tire sur le bout de mes seins, je crie mon plaisir et son nom. il me remercie d’avoir enfin cédé. La victoire est si bonne quand elle est partagée.

La pin up du lundi

La pin up d’aujourd’hui n’est pas très sage, heureusement que le cadreur sait rester professionnel.

Le mot de passe du jour est le nom d’un habitué du site, son nom commence par un R. Il ne vous reste plus qu’a fouiller des archives, a moins qu’il ne passe de bonheur pour vous aider en apportant la réponse dans ce post.

La chaleur de l’été

Les villes offrent bien des lieux à découvrir

Bien des secrets à dévoiler

Il suffit parfois d’un geste, d’un regard

Pour que la grisaille de la ville se transforme en paradis

Retour en haut ↑