Histoire illustrée

Reprenons l’histoire entre voisin avec le récit que Romain nous a fait parvenir

Je suis là devant sa porte, terriblement excité, mon cœur bat la chamade dans ma poitrine comme s’il cherchait à en sortir. Le temps semble s’être arrêté, les minutes sont des heures.

Un léger bruit d’une clef qui tourne dans la serrure, la poignée de la porte bouge, j’arrête inconsciemment de respirer, que va -t-il se passer ? Aurais-je le courage de faire quoi que ce soit ? Tout s’embrouille dans ma tête. La porte s’ouvre lentement laissant passer la lumière de son intérieur créant ainsi un rayon de plus en plus grand. Je me retrouve ébloui face à cette porte complètement ouverte. Mes yeux ne s’habitues pas de suite à ce brusque changement de luminosité. Il me faut quelques secondes pour dans un premier temps ne distinguer que sa silhouette : ses courbes m’apparaissent dans un halo de lumière qui donne à ce bref instant un coté mystique. Mes yeux sont enfin habitués à la différence d’éclairage et je la distingue cette fois ci parfaitement : Debout devant moi, légèrement de côté, sa main droite et encore posée sur la poignée de la porte. Je ne peux m’empêcher de la détailler de bas en haut. Ses chaussures à talon sont légères, laissant apparaître ses doigts de pieds aux ongles vernis. Ses talons font que ses mollets ont une jolie courbe, ses jambes athlétiques n’en finissent plus. Largement au-dessus de ses genoux, bien au-dessus de la mi-cuisse, elle porte une minijupe Kaki en coton. J’ai à cet instant un flash sur le plus précieux de ses trésors que j’ai entraperçu tout a l’heure alors que je l’observais. Au-dessus de cette petite pièce de tissu elle porte un petit top noir à moitié transparent à travers duquel je devine aisément la forme de ses seins : le tissu tendu par ses tétons dressés. Sa bouche soulignée par un léger blush est un peu ouverte et dessine un joli sourire aux dents blanches bien rangées. Un petit nez, des yeux pétillants de malice. Ses longs cheveux blonds méchés sont attachés en un chignon qui laissent ainsi sa nuque dégagée. Ses épaules sont dénudées, ses bras nues se terminent par de jolies mains soignées.

Le temps semble encore une fois s’être arrêté, je pense qu’elle en a également profité pour me détailler. Je pense à la façon dont elle me regarde qu’elle s’est aperçue de l’effet qu’elle me fait. Je suis nerveux.

Bonsoir cher voisin me dit-elle, je suis contente que vous veniez à mon secours. Entrez, ne restez pas ainsi à l’extérieur. Elle se retourne, m’invitant à la suivre. Me faisant dos j’en profite pour détailler ses magnifiques jambes légèrement hâlées ainsi que ses petites fesses dont on devine aisément la forme sous cette jupe plus que mini.

« Je vous montre tout de suite ce pourquoi je vous ai fait venir ». Elle se dirige vers ce large bahut.

« J’avais laissé comme à mon habitude quelques bijoux sur le dessus de ce buffet bas : quelques bijoux que je pensais mettre demain, en faisant un mauvais geste, mon collier à glissé et est allé ce coincer derrière » Joignant le geste à la parole elle se penche vers l’avant, sa jupe me laissant alors une vue sur le début de la courbure de ses petites fesses.

« Je vois » lui répondant en m’approchant. Elle se baisse alors encore plus me laissant cette fois entrapercevoir son intimité. Elle se redresse et m’invite alors à mon tour à me pencher pour regarder l’espace entre le meuble et le mur.

« le collier est là : coincé entre un renfort du meuble et le rebord de la plinthe, il faudrait que je le bouge légèrement » lui dis-je.

Elle se redresse et s’écarte pour me laisser opérer. Je ne veux pas donner l’impression d’être faible, je bande mes muscles et bombe le torse, j’espère réussir à le bouger facilement : ma virilité en prendrais un coup,  je ne veux surtout pas passer pour un faible et surtout passer à coté d’une si belle occasion de séduire une si belle femme.

D’un coup sec j’arrive à décoller le meuble du mur, un léger bruit me fait comprendre que le collier est maintenant sur le sol. Je me mets de suite à quatre pattes pour regarder sous ce buffet : Le collier est là à une vingtaine de centimètres, il me suffit de tendre le bras pour l’attraper. Pendant que je suis dans cette posture, la belle s’est approchée de moi, tournant le regard je vois qu’elle a posé un pied de chaque coté des miens. Ayant attrapé le collier je recule de quelques centimètres avant de me retourner. Elle ne bouge pas d’un iota…

Je suis maintenant face à elle et la vue que j’ai en contre bas est divine : je vois la totalité de ses longues jambes au milieu desquelles se trouve son sexe surmonté d’un pubis façon ticket de métro. Je suis comme hypnotisé, la coquine qui est bien consciente que je ne peux détacher mes yeux de son intimité reste figée. Je tente alors d’approcher mes mains de ses chevilles, mes paumes de mains ne sont séparées de sa peau que de quelques millimètres, l’air est comme chargé d’électricité. Mon cœur s’emballe, j’attrape une suée. Que va elle faire lorsque le contact va s’opérer ?

Mes doigts touchent enfin sa peau. Je perçois une légère décharge électrique qui parcourt l’ensemble de mon corps. Mon excitation monte. Mes mains remontent lentement derrières ses mollets, sa peau et si douce, elle se laisse faire, je me redresse me trouvant maintenant assis mon visage à hauteur de son intimité. J’adore son odeur, elle m’enivre. J’ai maintenant ses fesses dans mes mains. Elles sont fermes et j’adore malaxer ce petit cul de sportive. Elle remonte alors sa jupe pour mieux s’offrir à moi. Ses mains agrippent ma tête pour amener ma bouche vers ses lèvres. Je goutte alors sont fruit. Ma langue cherche à titiller son clitoris. Je l’entends soupirer de plaisir, elle devient plus insistante avec ses mains, me guidant par des petites ondulations du bassin à mieux la satisfaire. Un gout légèrement salé, la texture du miel ainsi je pourrais décrire la sensation que j’ai en bouche. Elle me relâche un peu me laissant respirer. J’entreprends alors d’approcher ma langue du plus défendu de ses orifices. Au moment où ceux-ci se touchent elle sursaute. Ses mains sont alors sur mes épaules m’invitant à me redresser. Une fois sur pied sa main droite se glisse dans la mienne pour m’emmener en direction du canapé. Sa jupe remontée jusqu’à la taille me permet de voir l’ensemble de ses fesses parfaites. Elle s’assoit, m’obligeant à rester debout. Ses mains expertes ont vite fait de libérer ma verge tendue à son maximum. Ses caresses sont divines, ses lèvres viennent se poser sur mon gland, sa langue s’enroule autour. Elle ouvre grand la bouche et m’amène en elle, ses lèvres sont douces. Sa bouche et chaude et humide. Sa tête et ses mains se coordonnent pour opérer des va et vient. C’est divin, je suis à la limite de jouir. Elle s’arrête juste avant que je ne vienne.

Elle est maintenant un genou posé sur le canapé, ses petites fesses tournées vers moi. Elle m’attrape par la verge qu’elle s’empresse de guider vers son vagin. Un petit mouvement du bassin et je suis en elle. No corps s’accordent parfaitement. Je vais et je viens accompagné par les mouvements de son bassin. Elle se penche en avant pour m’accueillir plus profondément en elle. Elle gémit, sa main droite caresse vigoureusement son clitoris alors que mes mouvements sont de plus en plu rapide. La vue que j’ai alors sur son anatomie augmente encore plus les sensations que j’ai. De plus en plus rapides sont ses ondulations. Sa respiration est haletante ; elle jouit ! Je laisse alors monter en moi cette énergie et atteint à mon tour le plaisir. C’est magique, il y avait trop longtemps que je n’avais pas ressenti un tel niveau de sensations. Je ressens alors comme des décharges électriques parcourant tout mon être. L’éclairage de la pièce semble clignoter passant d’un blanc très intense à un bleu puissant. La tête me tourne, je chavire. Je tourne de l’œil. Juste avant de tomber inconscient je l’entends rire à plein poumons.

Je suis à nouveau dans le noir, mais plus de lumière qui m’attire…

13 commentaires sur “Histoire illustrée

Ajouter un commentaire

  1. Il est bien connu qu’une image vaut mieux que mille mots…

    Mais un seul texte peut également nous suggérer mille et une images

    Merci Romain et bien évidemment merci Eve et Adam.

    😉

    J'aime

  2. Délicieux écrit savouré jusqu’au bout avec gourmandise. La réalité aura-t-elle, de près ou de loin, rencontré la fiction ? Il est plaisant de l’imaginer… un grand bravo pour ces lignes !
    Bises

    J'aime

  3. Superbe début d’illustration du fantasme partagé de Romain, sur vos photos, son texte est à la hauteur de votre sensualité recherchée, et il est facile en le lisant d’imaginer de vous des illustrations osées de contact chaleureux voisine voisin…

    J'aime

  4. jolie plume Romain, et les nombreuses superbes photos passées de Eve permettent d’associer ces images dans notre tête…
    Tout en regrettant que cette histoire ne soit pas un plus illustrée , d’autant que ces deux nouvelles photos montrent Eve aussi inspirante

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑